Blog Post

​Paris Comics Expo, le come-back

Le marché aux étoiles

Comme le magazine GEEK, la Paris Comics Expo revient en version « upgraded ». « Upgraded » parce qu'après une année à vide, il fallait mettre les bouchées doubles pour ravir les fans et s'imposer face à la Comic Con lancée l'an dernier. Arno Lapeyre, le fondateur de la PCE, le reconnaît : « Quand on a vu qu'il y avait un concurrent qui arrivait, il a fallu se préparer pour se démarquer et imposer notre vision du salon. »

Une « artist alley » digne des conventions américaines

Résultat, l'équipe organisatrice a concoctée un programme chargé du 15 au 17 avril, avec notamment de nombreux invités de qualité. D'Andrew Scott, le Moriarty fantasque qui s'oppose à Benedict Cumberbatch dans Sherlock, à Humberto Ramos, qui donne vie à Spider-Man depuis plusieurs années, la 4e édition de la PCE regorge de beau monde. « On a une 'artist alley' comparable à celle des plus grandes conventions américaines », approuve Arno Lapeyre, pas peu fier de lui et de son équipe.

« On veut vraiment garder le comics au cœur du salon, avec la possibilité de rencontrer les auteurs, les éditeurs, les revendeurs... On veut que les gens puissent se retrouver entre eux, avec leur passion. » Mais l'organisateur ne cache pas sa volonté d'attirer aussi un nouveau public, plus familial. Dans cet optique, l'emplacement, au centre du parc floral de Vincennes, est un atout, tout comme les ateliers d'initiation au Paper Craft, ceux de jeux de société ou encore de cosplay. L'expo Star Wars – An Art Odyssey devrait être l'autre argument grand public de ce week-end, même si les fans sont déjà présents avec leurs sabres lasers et leurs unités D2 autour du stand.

Glénat ouvre le bal

Avant l'annonce de ce que réserve 2016 chez Urban Comics, ou l'arrivée d'All-New, All-Different Marvel chez Panini, Glénat Comics a profité de la première journée du salon pour faire le point sur sa stratégie éditoriale. Sur le fond, pas de surprise : Olivier Jalabert, souhaite continuer le travail entamé sur la collection depuis son arrivée, il y a un peu plus d'un an, en misant sur le « creator owned ». Une tendance qui « connaît une forte croissance aux Etats-Unis ». « Les Américains font enfin ce qu'on faisait depuis longtemps », analyse Jean-David Morvan, le conseiller artistique de la collection. « Ils ont la chance de pouvoir refaire de la science-fiction et de l'héroïc-fantasy », mais avec un regard neuf sur la question. Un renouveau qui séduit les lecteurs, les producteurs de séries et de films et donc, Glénat Comics.

L'éditeur francophone proposera cette année quelques perles des comic books sans cape avec notamment The Wicked + The Divine, le récit fantastique d'un panthéon réincarné en stars de la pop, qui a été un des plus gros succès d'Image Comics en 2015, derrière The Walking Dead et Saga. En plus de cette œuvre - qui a intégré son catalogue à la dernière minute - Glénat compte poursuivre les séries déjà entamées (Letter 44, Sex Criminals, Lazarus...) et en proposer de nouvelles comme Lady Mechanika ou Hadrian's Wall dont les premiers chapitres seront disponibles pour le Free Comics Books Day 2016, le 7 mai. En attendant, tout le reste de la collection est d'ores et déjà disponible à la Paris Comics Expo.

Paris Comics Expo 2016, du 15 au 17 avril au Parc floral de Paris


STAFF
Force et Hodor

Comments

comments powered by Disqus