Blog Post

​Christmas Clash : LEGO Batman 3 VS Super Smash Bros for Wii U

Les jeux, boîte de chocolat

Quand Forrest Gump disait que la vie c’était comme une boîte de chocolat, il sous-entendait qu’on pouvait tomber sur une tuile. Un truc au cherry dégueulasse à côté d’un autre fourré à la pâte d’amande divin. Quand il ajoute qu’on ne sait jamais sur quoi on va tomber, il sous-entend par ailleurs qu’une boîte de chocolat, quoi qu’il arrive, c’est bon, et que dans ce truc bon, on saura quand même pas sur quoi on tombera. Mais quoi qu’il arrive, ce sera bon.

Forrest Gump est un penseur ambivalent, comme pour le chocolat, une couche parfois rustre peut renfermer une profondeur inattendue. Et son discours résonne encore aujourd’hui, alors que deux des très bons jeux de cet automne se prêtent à leur tour à l’autorité gourmet du plus célèbre simple d’esprit d’Amérique. Pourtant, assis sur son banc, Forrest Gump n’avait pas joué à Lego Batman 3 ni à Super Smash Bros for WiiU. Philosophe. Visionnaire. Forrest Gump.

A l’Adam West rien de nouveau

Dur d’évoquer Lego Batman 3 en s’évitant de spoiler toutes les surprises dont il regorge. La première – qui n’en est pas vraiment une – c’est que DC prouve encore une fois qu’ils sont bien moins à l’aise au cinéma qu’ailleurs. En surfant directement sur le Lego Marvel sorti l’année dernière et qui convoquait une grosse partie de l’univers de l’éditeur, Lego offre à DC les films qu’ils n’ont pas eus. Du coup, si la jouissance de fan ressentie devant les derniers films Marvel atténuait un peu le plaisir et la surprise ressentie devant Lego Marvel, la tristesse et le sérieux des films DC récents permet d’apprécier pleinement le fan service mis en place dans Lego Batman 3. Depuis La Fabuleuse Aventure Lego, le personnage de Batman dans l’univers Lego a une identité propre, et cette personnalité renfermée au point de devenir relou se ressent dès les premières minutes de jeu. Devant l’extase d’un Robin sur orbite, Batman s’avère être aussi chiant qu’un Descartes pris de colique néphrétique. Un point que les scénaristes se plaisent à exploiter à outrance à chaque nouvelle rencontre du justicier. Et des rencontres, il en fera tout au long du jeu qui, à l’instar de sa version Marvel, finit par mettre en scène une quantité importante des héros et vilains de la mythologie DC en empruntant à chaque fois à leur itération la plus populaire. Ainsi, si le jeu s’ouvre sur la musique de Danny Elfman c. 1989 en mode Burton – au Batman duquel l’intro fait ouvertement référence – le joueur un tant soi peu sensible aux héros de l’éditeur mouillera probablement son froc à chaque fois que Superman s’envolera sur le thème de John Williams. Et s’il est difficile d’évoquer le jeu dans les détails, c’est que tous ceux-ci feraient office de spoilers, Lego Batman 3 enchaînant surprises et révélations à un rythme effréné, démontrant la jouissance avec laquelle le studio TT Games a développé son jeu. Que dire alors, si ce n’est qu’à côté de cet hédonisme de brique super-héroïque, le système des jeux Lego reste le même, toujours aussi bien rôdé malgré quelques bugs et des boss à la difficulté inégale par rapport au reste du jeu dont certaines énigmes demeurent parfois corsées (parfois par manque de clarté) ? Pas grand-chose à vrai dire, à part témoigner de la grande réussite du studio qui signe avec Au-Delà de Gotham un des meilleurs jeux de la licence de brique. Avec son casting de grande tenue, la découverte de la Batmobile de George Barris fait office de cerise sur un gâteau déjà super garni. C’est très très bon, et sa légèreté constante lui permet de ne pas être écœurant. En un mot : c’est bonnard.

Smash pit en mode hardcore

Dans le genre boîte de chocolat, Super Smash Bros for Wii U se pose là. La version new gen du jeu de baston de Nintendo s’ouvre d’ailleurs, à l’instar de la version 3DS, sur un menu soigneusement rangé. Manquent plus que les petits papiers dorés sous ses différentes portes pour offrir au jeu un look bien de Noël en mode marrons glacés. Ça tombe plutôt bien, puisque non content d’être, à tout point de vue, le jeu qu’il faudra offrir ou recevoir à Noël, le nouveau Super Smash est aussi l’un des grands jeux de 2014, et celui qui rendra la Wii U essentiel à tout salon qui se respecte. On manquera peut-être de mots pour définir le plaisir renouvelé à chaque nouvelle partie, la découverte de chaque boîte du menu et de leurs différents sous-menus, et la joie de débloquer ou d’acheter des figurines et des stats à coups de goldus dument gagnés lors de différents combats. LUDIQUE est le mot qui prime dans Super Smash puisque tout y est abordé sous l’angle du jeu, de l’amusement, du sublimement bon esprit que seul Nintendo semble encore détenir. Extatique ? Résolument. Mais les Amiibo dans l’affaire ? Sont-ils vraiment nécessaires ?

On aurait vite fait d’attaquer le constructeur sur l’aspect salement mercantile de son nouveau jeu. La bonne nouvelle néanmoins, c’est que non seulement les Amiibos font figure d’appendice luxueux d’un jeu qui s’en passe très bien, mais leur conception-même les discrédite d’office. On fantasmait à l’idée de forger son propre combattant et de pouvoir le transporter de console en console, à l’instar d’un Skylander ou d’une figurine Disney Infinity. MAIS, il n’en est rien. Une fois importé dans le jeu, l’Amiibo fera office d’IA customisable dont l’XP grimpera à chaque nouveau combat. Super ! Non. Complètement inutile puisqu’à moins qu’un truc nous ait échappé, il est impossible de jouer son combattant IRL. Le fétichisme s’arrêtera donc à l’achat de son personnage préféré, pour le plaisir de l’avoir en version plastique, parce qu’à côté de ça, il ne vous servira pas d’avatar jouable. Vous le verrez juste combattre à vos côtés, ce qui n’a rien de spécialement jouissif en vrai, sauf quand on est un pro player et qu'on a besoin d'un sparing partner high level (autant dire qu'au niveau 50, un amiibo aura mieux assimilé le jeu que n'importe quel joueur humain). On attendra de voir comment Nintendo compte développer ses figurines NFC pour les déclarer d’utilité ludique pour tous, mais pour le moment, entre un Amiibo et une figurine Mario sans puce NFC, la différence est assez maigre. Electronique, certes, mais relativement superflue.

Quoi qu’il en soit, Super Smash Bros for Wii U n’a pas besoin de s’embarrasser de ça. Même le online s’avèrerait caduque pour un jeu qui s’apprécie jusqu’à 8 joueurs pour foutre un sacré bordel à l’écran. Là on échappe à la boîte de chocolat. Il n’y aura pas de surprise. Une soirée SSB et un bucket de KFC, et les portes du paradis vidéoludique vous ouvriront leurs portes. C’est une assurance. Et la magie de voir un gamin s’émerveiller sur une manette de GameCube et à quel point Super Smash fonctionne mieux avec celle-ci… priceless. De fait, adaptateur pour manettes GameCube recommandé, d’autant qu’à la tablette, ça casse un peu les poignets.

Lego Batman 3 : Au-delà de Gotham

C’est pour qui ? Les fans de DC, les fans de Batman, les fans de jeux Lego, bon, les fans de Lego, ok, les enfants, les parents, un peu tout le monde quoi, surtout les fans d’Adam West.

C’est pas pour qui ?Les Marvel Zombies, les fans de Batman qui pensent que Batman ça doit être sérieux, merde.

NOTE : 82/100

Super Smash Bros for Wii U

C’est pour qui ? TOUT LE MONDE

C’est pas pour qui ? Les gens tristes et les cons

NOTE : 96/100

CHRISTIAN UNG
Force et Hodor

Comments

comments powered by Disqus