Blog Post

#Cannes2012 : From Takashi Miike, With Love

-Quand Takashi “Mad” Miike se lance dans la comédie musicale, ce n'est pas pour rendre hommage à Glee...

Ichi The Killer, MPD Psycho, Salaryman Kintaro, Crows Zero, Zebraman, Yatterman... Takashi Miike n'en finit plus d'adapter des mangas ou des animés sur grand écran. Il n'en a pas seulement fait sa spécialité, il semble être l'un des seuls à en capter l'essence pop, la créativité formelle, l'émotion débordante. Soit ce qui fait défaut aux adaptions de luxe mais sans âme de 20th Century Boys ou Gantz. Alors que son dernier délire, Ace Attorney d'après le jeu vidéo sur Nintendo DS, est encore inédit chez nous, le réalisateur nippon est de retour au Festival de Cannes, après son remake 3D de Hara-Kiri en compétition l'année dernière, pour une séance de minuit et... une comédie musicale.

Manga à succès d'Ikki Kajiwara et Takumi Nagayasu, Ai to makoto aka For Love’s Sake avait déjà été porté sur le petit et grand écran dans les années 70. Une histoire d'amour typique du shônen ou shôjo manga, entre une fille de bonne famille et un jeune bagarreur, qui trouve son originalité et sa fraicheur dans l'expression des sentiments et la galerie de personnages secondaires. Dès la première baston dansée et chantée, Takashi Miike évoque moins le cinéma bollywoodien ou la série Glee que, toutes proportions gardées, le Thriller de Michael Jackson. Un tour de force inaugural que le réalisateur n'essaie même pas de répéter ou décliner, puisqu'il enchaîne avec des numéros plus minimalistes, plus décalés et surtout plus drôles que musicaux. Mais au final, comme toujours chez Miike, ce sont les combats qui l'emportent, les personnages n'arrêtant pas de se foutre sur la gueule pour dire qu'ils s'aiment, faisant de For Love's Sake une suite officieuse à Crows Zero ou une sorte de Kamikaze Boys & Girls ! Vincent Julé [youtube 7kiSARJON60 500]

STAFF
Force et Hodor

Comments

comments powered by Disqus